Boulevard Foch

Le Boulevard du Maréchal-Foch est un des principaux accès du centre-ville d’Angers. Il est en revanche LE boulevard le plus imposant de la vile tant de par sa longueur (550 mètres) que de sa largeur ! Sa largeur a permis de faire passer sur l’axe 4 voies de circulations (dont 2 réservées au bus) mais aussi le tramway inauguré en 2011. Un marché y a également lieu tous les samedis. Si son nom fait référence à un Maréchal de la première guerre mondiale, attardons-nous sur l’histoire de ce boulevard et à la Maison bleue qui l’habite.

Un boulevard Foch à Angers.

Il existe dans le monde une cinquantaine de rues baptisées au nom du Maréchal dont 28  rien que pour la France. À Angers, le boulevard anciennement nommé « boulevard de Saumur » change d’appellation en avril 1929 après le décès du concerné. Les plus érudits auront noté que le délai de 5 ans imparti pour donner le nom d’une personne décédée à une rue, à ici été raccourci puisque le Maréchal décède précisément en 1929. Nombreuses sont les constructions remarquables sur le boulevard : hôtels particuliers ou immeubles anciens datant du XIXè, il y a beaucoup à admirer sur ce boulevard !

La Maison Bleue: Fleuron de l’Art Déco.

Cette construction qui se situe à l’angle du boulevard Foch et de la rue d’Alsace est un chef d’œuvre Art déco bâtît en 1928 par l’architecte Jusserand. On doit en revanche les sublimes mosaïques bleues de la maison à un artiste Rennais du nom d’Isidore Odorico qui y réalise son œuvre majeure. La maison est aujourd’hui divisée en appartements et donne à ses habitants la sensation de vivre dans une pure œuvre d’art faite de mosaïques et de feuilles d’or ! L’artiste a travaillé l’incroyable façade par plaque de 50 x 50 cm préparés dans les ateliers d’Odorico à Rennes. Ce monument et sa fresque de plus de 1000m2 de surface constitue une des plus grandes réalisation Art déco recouvert de mosaïque en France et LA plus grande réalisation d’Odorico.

Profitez de l’héritage artistique de la ville d’Angers en poursuivant votre visite…au Musée des Beaux-arts.

Laisser un commentaire